Liste des produits de l'artiste TOBIASSE THEO

Tobiasse et Roland vieceli Théo Tobiasse Né en 1927 à Jaffa (actuellement en Israël) dans une famille d'origine lithuanienne, il retourna avec celle-ci à Kovno après des années difficiles à Tel-Aviv. Tobiasse dût vivre dans la clandestinité durant la Seconde Guerre Mondiale puis à la fin du conflit alla en France. Très marqué par ses origines, il a produit de nombreuses œuvres tirées du folklore juif. 1961 - Il obtient le Prix de la Jeune Peinture Méditerranéenne. Expositions à Tokyo, Genève et Montréal. Il obtient, à Nice, le Prix Dorothy Gould. 1963 - Expositions au Musée Galliéra à Paris et à la Biennale de Paris. 1964 - Il expose à Londres. Le Musée d'Epinal acquiert l'une de ses œuvres. 1965 - Il expose à Paris, Nice, Saint-Paul-de-Vence, Colmar, Montréal, Locarno et Cannes. 1966 - Venise devient une source d'inspiration importante. Zurich, Lausanne, Kiev accueillent ses œuvres. Il réalise ses premières sculptures. 1967 - Ses œuvres sont exposées au Pavillon du Judaïsme de l'Exposition Universelle de Montréal, et au Musée de l'Art Juif à Paris. 1968 - Première exposition personnelle à New York. 1969 - Tobiasse réalise un premier album de 18 lithographies sur le thème de la "Diaspora". 1971 - Expositions, entre autres, à Caracas, Philadelphie, Bâle. 1973 - Il visite Hong Kong et la Malaisie. Expositions, entre autres, à Jérusalem et Johannesburg. 1974 - Exposition d'estampes à Hambourg. 1977 - Josy Eisenberg réalise un film sur Tobiasse pour la télévision française ("Dis-moi qui tu peins"). 1978 - Première exposition à la Nouvelle-Orléans (Nahan Galleries). 1979 - La Bibliothèque Nationale (Paris) acquiert plusieurs de ses gravures et lithographies. 1982 - Il crée quatre vitraux sur le thème des "Fêtes Juives", et une fresque (Que tes tentes sont belles, ô Jacob) pour le Centre Communautaire Juif de Nice. Il continue à voyager à travers les Etats-Unis. Il est fait Citoyen d'Honneur de la Nouvelle-Orléans. Rencontre Elie Wiesel à New York. Il obtient la "Médaille de Vermeil" de la Ville de Paris. 1983 - Une exposition rétrospective de son œuvre est organisée à Nice, au Musée d'Art Contemporain de Ponchettes. Tobiasse visite à nouveau le Rijksmuseum et revoit l'œuvre de Rembrandt, qui l'a si fortement influencé. Publication de "Tobiasse - Important Works", texte de Albert Memmi. 1984 - Il séjourne et travaille à New York. Il partagera désormais sa vie entre Saint-Paul-de-Vence et New York. Il offre une toile (Les Trains de la terreur des bords de la folie) au centre Simon Wiesenthal à Los Angeles. 1986 - Nombreuses expositions aux Etats-Unis, en France, en Suisse et création d'une affiche sur le thème de l'éducation pour l'UNESCO. 1987 - Il décore l'entrée du Palais Acropolis, à Nice, avec deux grands panneaux muraux sur le thème de la liberté. Trois expositions au Japon. 1989 - Inauguration de la "Chapelle Tobiasse" (Chapelle Saint-Sauveur, au Cannet). Sur le thème "la vie est une fête", il a réalisé un ensemble faisant appel à une grande variété de techniques : un retable de trois panneaux monumentaux en relief, une mosaïque, cinq vitraux, une sculpture en métal découpé et peint. 1990 - Séjour à Venise où il y réalise de nombreux dessins. 1991 - Le Japon lui rend hommage en exposant ses dernières œuvres. 1992 - Il entreprend douze vitraux (Le Chant des prophètes) pour la grande synagogue de Nice. Il travaille sur une série de gouaches. Il crée un album de lithographies pour le cinquième centenaire de l'expulsion des Juifs d'Espagne (C'était il y a cinq cents ans…). Inauguration de sept vitraux (Le Jardin des Psaumes), au Centre Communautaire Juif de Strasbourg (L'Esplanade). Voyage à Venise, Caracas. Découverte de Prague. Parution, aux Editions de La Différence, de deux albums : "Les Venise de Tobiasse", et "Tobiasse - Dessins et écrits". Sur la revue "Valeurs de l'Art", il figure parmi les peintres contemporains les plus vendus et ayant la meilleure rentabilité (47% en un an)

Pas de produit pour cet artiste.